Sommaire

Le peuple des Allobroges

Le territoire des Allobroges

Les Allobroges étaient un peuple gaulois situé entre l'Isère, le Rhône et les Alpes.

Etymologiquement, les Allobroges signifient les gens venus d'un autre pays : allos = autre et brog = pays. Cette peuplade celte envahit l'actuelle Savoie et le nord du Dauphiné en 500 avant J.C, développant la capitale de Vienne. C'est en 121 avant J.C, que l'Allobrogie, sous Jules César, deviendra définitivement romaine.

Vers la fin de l'Empire Romain, au IVème siècle, le vieux pays des Allobroges, commença à s'appeler Sapaudia, le pays des sapins. Le nom dériva au fil des siècles en Sabaudia, puis Savogia, Savoye, puis enfin Savoie.

Les origines de l'hymne

Les paroles de ce chant de liberté, et non de guerre, ont été composées par Joseph Dessaix, né en 1817 à Allinges (Haute-Savoie). Il était le neveu de Joseph-Marie Dessaix, général de la Révolution qui commanda en 1792 la célèbre Légion des Allobroges, lors de l'occupation de la Savoie par la France.

Après la signature du traité de Paris, en Avril 1856, mettant fin à la guerre de Crimée, des concerts furent donnés par la Brigade de Savoie, troupe d'élite de l'armée piémontaise, chaque dimanche sur la place Saint-Léger à Chambéry. Jacques Conterno, qui dirigeait la musique de ce Régiment, créa une marche pour l'occasion.

Le public s'enflamma pour cette marche, et c'est à ce moment-là que des notables demandèrent à Joseph Dessaix de composer des paroles sur cet air, à l'occasion de la Fête du Statut. Cette fête était donnée depuis 1848, année où le Roi Charles-Albert avait aboli la monarchie absolue et institué une Constitution, d'où le terme de statut constitutionnel. Dessaix intitula son chant La Liberté.

Le chant est entendu un peu partout en Savoie, il est bientôt rebaptisé par Dessaix La Savoisienne puis par les Savoyards eux-mêmes, qui retiennent surtout le refrain, Les Allobroges.
Au cours d'une représentation au théâtre de Chambéry, le 11 Mai 1856, l'actrice parisienne Clarisse Miroy entonne l'hymne et obtient du public un accueil enthousiaste. Des représentations semblables sont données ensuite au théâtre d'Annecy.

Le chant fut joué devant le roi Victor-Emmanuel en 1857 et pour la première fois à Paris par la Garde Républicaine, devant le Président de la République Sadi Carnot.

Les paroles

1er couplet
Je te salue, ô terre hospitalière
Où le malheur trouva protection
D'un peuple libre arborant la bannière
Je viens fêter la constitution
Proscrite hélas ! J'ai dû quitter la France
Pour m'abriter sous un climat plus doux
Mais au foyer j'ai laissé l'espérance
En attendant, en attendant, je m'arrête chez vous
Refrain
Allobroges vaillants ! Dans vos vertes campagnes
Accordez-moi toujours asile et sûreté
Car j'aime à respirer l'air pur de vos montagnes :
Je suis la Liberté ! la Liberté !
 
 
 
 
 
2ème couplet
Au cri d'appel des peuples en alarme,
J'ai répondu par un cri de réveil
Sourd à ma voix ces esclaves sans armes
Restèrent tous dans un profond sommeil
Relève-toi ma Pologne héroïque !
Car pour t'aider je m'avance à grands pas,
Secoue enfin ton sommeil léthargique
Et je le veux, et je le veux, tu ne périras pas
3ème couplet
Un mot d'espoir à la belle Italie
Courage à vous, Lombards, je reviendrai !
Un mot d'amour au peuple de Hongrie !
Forte avec tous et je triompherai !
En attendant le jour de délivrance,
Priant les dieux d'écarter leur courroux,
Pour faire luire un rayon d'espérance,
Bons Savoisiens, bons Savoisiens, je resterai chez vous !

Quelques explications

Le premier couplet évoque la Liberté en tant qu'allégorie vivante, celle des proscrits venus chercher refuge dans les Etats de Savoie après le Coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte qui établit le Second Empire en France en 1851. La Savoie connaît alors, en effet, un régime libéral avec une monarchie constitutionnelle à deux chambres, instaurée par le souverain savoyard de Turin, le roi Charles-Albert.

Les second et troisième couplets évoque la Liberté qui interpelle les peuples opprimés par les Révolutions de 1848 (Lombards, Hongrois et Polonais) et leur adresse des messages d'espérance.

Très vite ce chant va connaître en très grand succès à travers tout le duché de Savoie et même à Genève et à Lausanne, et va être plus connu sous le nom de Chant des Allobroges, devenu l'hymne de tous les Savoyards.