Sommaire

Les institutions que créa Napoléon sont encore présentes dans notre société, 200 ans plus tard. Il faut dire que Napoléon était un visionnaire : il créa de toutes pièces la Banque de France, inventa le baccalauréat et l'Université qui devait fournir les cadres du régime, ... Voici les institutions les plus significatives.

La réorganisation de l'enseignement

Le lycée sous l'Empire

Bonaparte fait reprendre les écoles publiques avec la militarisation. Il rétablit discipline dans les anciens collèges. Les lycées de garçons sont créés en 1802 à partir des plus importantes écoles centrales.

Le lycée assure une formation en lettres (français, latin, grec ancien) et en sciences. L'article 5 du décret du 17 mars 1808 en fixe ainsi le programme : « Les langues anciennes, l'histoire, la rhétorique, la logique, et les éléments des sciences mathématiques et physiques ». Le régime usuel est l'internat et les lycées sont marqués par un encadrement de type militaire. Peu nombreux, les lycées sont entièrement pris en charge par l'État. Le fonctionnement est assuré par un proviseur, un censeur et un économe, et l'enseignement par des professeurs.

L'École spéciale militaire de Saint-Cyr est créée par la loi du 1er mai 1802. Bonparte l'installe d'abord au château de Fontainebleau (arrêté du 28 janvier 1803), puis en 1806, à Saint-Cyr-l'École, dans les bâtiments de la Maison royale de Saint-Louis. Elle devient ensuite l'École impériale militaire.

En 1807, il fonde l'Université impériale. Il favorise ainsi l'établissement d'un enseignement public centralisé. L'université impériale détient en effet le monopole de l'éducation. Elle rassemble et gère tous les établissements français. On ne peut entrer à l'Université qu'après avoir obtenu son baccalauréat, créé le 17 mars 1808. La France se voit également divisée en 29 académies, avec un recteur à la tête de chacune d'entre elles.

Les nouvelles institutions

Dès le 13 décembre 1799, la Constitution de l'an VIII crée le Conseil d'État. Cet organe est au départ chargé de rédiger les lois pour décharger les ministères et doit conseiller le gouvernement sur la législation à entreprendre. Dans cette Constitution, Bonaparte crée également le Sénat, s'inspirant du Sénat romain. Il est chargé de veiller au respect de la Constitution et ses membres sont nommés par Bonaparte.

Le 17 février 1800, sont créées les préfectures dans chaque département. A leur tête, un corps préfectoral nommé par directement par Napoléon. Rouage essentiel de l'Etat, ils sont chargés de l'application des directives de l'Empereur.

La justice et le droit

Le Code civil

Bonaparte va métamorphoser le système judiciaire français.

Il instaure les cours d'appel et le Tribunal de Cassation devient la Cour de cassation. Il réorganise les études de droit avec la création des écoles de droit et un diplôme accessible à tous, la Capacité en droit le 13 mars 1804.

Le 21 mars 1804, Bonaparte promulgue le Code civil qui définit de nouveaux droits et obligations pour les Français. Il sera suivi en 1807 du Code de Commerce et du Code d'instruction criminelle. Le 12 février 1810, le Code pénal est promulgué.

La refonte des finances

Bonaparte instaure la Banque de France le 13 février 1800. Il lui accorde le monopole de l'émission des billets de banque le 13 avril 1803. Cette monnaie se diffuse plus facilement que l'or et l'argent et permet ainsi un meilleur développement du commerce et de l'industrie.

Afin de faire table rase de l'ancienne monnaie et des assignats, Bonaparte institue une nouvelle monnaie, le franc germinal le 7 avril 1803. Cette pièce d'argent est l'unité choisie selon la loi du 28 mars 1803 du nouveau système monétaire.

La Banque de France sera secondée par 22 Chambres de commerce créées le 24 décembre 1802. En 1807, Napoléon confie à Alexandre Brongniart la construction de la future Bourse de Paris. La même année est créée la Cour des comptes, organe chargé de surveiller les dépenses de l'Etat et leur bon usage.

La Légion d'Honneur

Les différents type de la Légion d'Honneur

Un arrêté des Consuls en date du 25 décembre 1799 règle le mode et la nature des récompenses nationales à accorder aux militaires qui se seront distingués par une action d'éclat. Ce sont des armes d'honneur (fusils, mousquetons, carabines, sabres, baguettes de tambour, trompettes). Elles donnent droit à une haute paye pendant la période d'activités militaires.

Mais Bonaparte voulait faire plus. II voulait donner une place de choix à tous ceux qui, militaires ou civils, s'étaient distingués par leur héroïsme et à tous ceux qui par "leurs mérites, leurs talents, leurs vertus ont contribués à établir ou à défendre les principes de la République, à faire respecter la justice et l'administration publique". Bonaparte voulait dégager une nouvelle élite sur la fidélité de laquelle il pourrait compter. Le 29 mai 1802, la loi créant la Légion d'Honneur est proclamée par Bonaparte.