BD napoléonienne

Petite mise à jour des BD napoléoniennes avec l'acquisition du Tome 3 des Souvenirs de la Grande Armée. On suit les aventures de la Compagnie d'élite du 2ème Chasseur à cheval cette fois-ci à Vienne lors de la Seconde Campagne d'Autriche de 1809.

Pour en savoir plus sur lui, rendez-vous sur la page des BD.

Livre napoléonien

Et un nouvel ouvrage ! Il s'agit de la biographie de Joseph Fouché, ministre de la Police de Napoléon et adversaire politique redoutable. Pour en savoir plus sur lui, rendez-vous sur la page des Livres.

Livre napoléonien

La tétralogie Nouvelle Histoire du Premier Empire de Thierry Lentz se termine avec la parution du tome 4. Pour en savoir plus sur lui, rendez-vous sur la page des Livres.

Bicentenaire de l'Ecole des Mines

Cette année le corps des Mines commémore son 200ème anniversaire. C'est peu après le vote de la loi du 21 Avril 1810, changeant la réglementation des mines et carrières, les soumettant au régime de la concession, que la direction générale des mines est créée.

Le 18 Novembre 1810, un décret institue le corps impérial des ingénieurs des Mines qui disposent d'une filière de formation spécifique puisqu'ils sortent des Ecoles Pratiques des Mines (1802).

Le bicentenaire sera ponctué de temps forts, colloques, séminaires et expositions ... Tout le programme est sur le site officiel du bicentenaire.

Le bicentenaire du Code Pénal

Entrepris dès Mars 1801, le Code Pénal devait remplacer diverses lois adoptées pendant les dix premières années de la Révolution dont l'ossature était le Code Pénal des 25 Septembre - 6 Octobre 1791 et le Code des délits et des peines de l'an IV.

Une particularité importante de ces deux textes, intervenus après des siècles de sévérité implacable, était la fixité des peines : les juges ne pouvaient moduler la punition. Le résultat en avait été une montée irrésistible du laxisme judiciaire, les magistrats hésitant à condamner systématiquement à la peine la plus lourde pour des crimes ou des délits moins graves.

Napoléon souhaitait une solution médiane quant à la liberté des magistrats, tout en rétablissant des sanctions rigoureuses. On discuta donc beaucoup et longtemps, autour du travail d'une commission de juristes, au sein de laquelle brillaient des partisans de la sévérité tels Target et Treilhard.

Finalement, les disscussions aboutirent ... Lire la suite